Menu de navigation principale Menu de navigation de la rubrique Contenus de cette page Mairie, coordonnées et horaires
 
 
Accueil > GUIDE DU 3e > Mon arrondissement > Balades dans le 3e > Le Quartier de l'Horloge

Le Quartier de l'Horloge

L’horloge à automates réalisée par Monestier justifie avec bonheur le nom du quartier. Placé en hauteur afin d’être vu de tous, trône le défenseur du temps. Perché sur un rocher abrupt, cet homme colossal en bronze doré, armé d’un glaive et d’un bouclier lutte heure après heure contre l’un des trois éléments symbolisés par un animal : le crabe pour la mer, le dragon pour la terre et le coq pour l’air.

Quelques instants avant l’heure, le bruit du déferlement des vagues de la mer, le souffle du vent ou les grondements de la terre indiquent au défenseur l’animal contre lequel il devra se battre. A l’heure pile, le combat s’engage. A 12h et à 17h, les trois animaux attaquent en même temps offrant un spectacle grandiose.

Lorsque la convention tripartite fut signée en 1972 entre la Ville de Paris représentée par la SEMAH, la Cogedim (promoteur immobilier) et les associations de quartier, que restait-il du petit quadrilatère compris entre les rues Saint-Martin (à l’ouest), Rambuteau (au Nord), Grenier-Saint-Lazare (au sud) et Beaubourg (à l’est). Rien, tout avait disparu emporté par la nouvelle ZUP (zone d’urbanisation prioritaire) des anciennes Halles qui comportait 43 ha et demi dont les 2 ha et demi du Quartier de l’Horloge.

C’était un ensemble très ancien et très modeste et un îlot avait été frappé de démolition à cause de l’insalubrité de ses logements, le reste ne valant guère mieux. Ruelles et impasses sombres et étroites ne cachaient que difficilement des taudis où se dissimulait mal une extrême misère. Il s’agissait donc de tout démolir pour reconstruire à la place un ensemble d’immeubles neufs. Le Conseil de Paris en décida ainsi en 1966 à la suite de la décision du transfert des Halles à Rungis et le quartier de l’Horloge fut inauguré au mois de novembre 1979.

Les commerçants, les artisans, et les habitants du quartier prirent peur, craignant avant tout d’être relogés dans de lointaines banlieues. Les gens étaient profondément attachés à leur quartier et ne souhaitaient nullement le quitter. Une " fédération associative " se créa au sein du quartier qui ne pouvait être ignorée. Cette mobilisation permit d’introduire un programme de logements sociaux, aujourd’hui gérée par les 3F. Une autre partie comporte des logements individuels privés.

La grande spécificité du Quartier de l’Horloge est d’être un espace totalement privé : non seulement le bâti mais aussi les rues (celles-ci sont toutefois ouvertes au public). Cela a principalement deux conséquences :

- le Quartier échappant aux normes applicables aux voies publiques, tout y est dérogatoire. Par exemple, les camions de pompiers ne peuvent circuler dans les rues du Quartier car ces dernières ne répondent pas aux normes nécessaires pour la circulation de véhicules de fort tonnage.

- l’ensemble de l’entretien des logements mais aussi des rues est à la charge des propriétaires. L’ouverture des voies publiques aux passants entraîne une dégradation accélérée.

L’importance des charges supportées par les propriétaires incitent beaucoup d’entre eux à vendre. Face à cette situation, la Mairie soutient la proposition des associations du quartier pour obtenir une municipalisation de l’espace privé ouvert au public c’est-à-dire des voies.