Menu de navigation principale Menu de navigation de la rubrique Contenus de cette page Mairie, coordonnées et horaires
 
 
Accueil > GUIDE DU 3e > Mon arrondissement > Balades dans le 3e > L’église Arménienne : dépouillement et majesté

L’église Arménienne : dépouillement et majesté

La Cathédrale Sainte Croix de Paris des Arméniens catholiques est un lieu à l’écart que le promeneur pénètre dans le recueillement. Située 13, rue du Perche, elle est pourtant en plein cœur du Marais.

En 1623, le prêtre Athanase Molé crée un couvent de l’ordre des Capucins dans le Marais. Il trouve place au début dans une petite partie du bâtiment actuel et reconvertit une salle alors dédiée au Jeu de Paume, à la prière.
Après la Révolution, les Capucins sont chassés et l’Eglise devient une paroisse de l’ordre de Saint-Jean-de-Grève, avant de devenir une paroisse ordinaire. Aux environs de 1965, l’église a été fermée. Or, la communauté arménienne se trouvait à l’étroit dans sa chapelle du 5e arrondissement (aujourd’hui transformée en centre culturel arménien).
En 1970, Saint Jean de Grève lui est affecté par la Ville de Paris, propriétaire de l’église. Elle est alors rebaptisée Cathédrale Sainte Croix des Arméniens.
C’est depuis lors que la rue du Perche résonne chaque dimanche des chants liturgiques traditionnels, hérités des rites orientaux et orthodoxes, célèbres pour leur beauté, et des concerts y ont lieu régulièrement. Elle détient 2 orgues conçus par Cavaillé-Coll. Le grand orgue, magnifique, domine la tribune.
De célèbres musiciens en ont joué depuis 1850, dont César Franck et Jules Massenet. Le petit orgue se cache dans le chœur, surplombé de 4 tableaux de Frère Luc (XVIIe), qui retracent la création de l’ordre franciscain.

L’église possède de très belles œuvres d’art, comme une statue de Saint François par Germain Pilon, autrefois propriété du Louvre. L’un des autels latéraux abrite une relique de Saint-François. A admirer également, la tunique de prière de Sainte Isabelle, moniale et sœur de Louis IX, datant du XIIIe siècle.

Une visite à l’église arménienne est une véritable incursion dans l’histoire à deux pas de l’agitation citadine. A voir à l’occasion de l’année de l’Arménie en France.